Le Hangar - Bayonne
La Minoterie - Nay
Aitor de Mendizabal Face   à   l’oeuvre   de   l’artiste,   nous   pénétrons   au   coeur des   mondes   étranges   et   fascinants   où   se   mêlent   une minéralité   surréelle   et   une   histoire   secrète.   Des   formes presque   biomorphiques   s’articulent   dans   un   métal   lourd et   aérien   ou   émergent   en   noir   sur   la   surface   laiteuse   de grandes toiles. Les   figures   figées   dans   la   matière   semblent   avoir   eisté un   temps.   Elles   n’ont   pas   totalement   disparu.   Des   êtres et   des   formes   surréalistes   en   apparence   tant   sculptés que    dessiée    entretiennent    une    familiarité    avec    une sourde   origine.   Par   sa   “beauté   fragmentée”,   ce   monde pourrait   être,   comme   un   “heurt”   mais   aussi   comme   une résurgence. Au   bourgeonnement   et   à   la   prolifération   de   la   nature,   de la   terre   et   de   la   vie   se   superpose   une   allégorie   poétique. Celle   que   lui   opposent   l’homme   et   le   poète.   Des   milliers de   monde   à   l’intérieur   du   monde   de   l’homme   que   ce dernier   n’avait   cessé   de   cacher,   disait   Pierre-Jean   Jouve dans    “sueur    de    sang”,    surgissent    comme    autant    de rêves activés, nourris par les mythes et les fantasmes. Comme   il   est   écrit   au   sujet   de   l’artiste,   la   présence obsédante    de    la    mémoire    multiplie    les    traces,    les conforte et les métamorphose. L’artiste   opposerait-il   à   la   nature   une   réalité   parallèle   en mutation ? Comme   dans   les   sculptures   de   Michel-Ange,   dans   ce   qui reste    de    matière    brute,    les    oeuvres    de    Mendizabal ressemblent    à    des    peaux    originelles    ou    à    des    mues fragiles. Le   poète   semble   retenir   le   mystère   à   bonne   distance,   ce qui le rend fascinant. Alain-Jacques LEVRIER-MUSSAT